XXVIIIe Chapitre général, salut de l’ASSCC

Cher Don Angel,
chers confrères salésiens de Don Bosco capitulaires du XXVIIIe Chapitre général,
avec un immense plaisir je vous adresse un simple salut en ce moment important pour toute la Congrégation.

Une pensée de salutation personnelle par l’affection et l’estime qui me lie à vous et un salut de tous les Salésiens Coopérateurs qui vous accompagnent avec la prière en ces jours.

Une pensée qui veut être un encouragement pour chacun, afin que ces journées de travail puissent porter les résultats espérés en répondant aux demandes que les jeunes font en ces temps, à vous et à toute la Famille Salésienne.

J’aime comparer mes réflexions sur les futurs « salésiens pour les jeunes d’aujourd’hui » avec un « crayon ». Peut-être, celui entre les mains de Don Bosco tandis qu’il écrivait étant assis à son bureau.

Ce crayon a cinq qualités :

Première qualité : sachez que vous pouvez faire de grandes choses, mais n’oubliez pas que le crayon écrit ce que la main veut. Que Don Bosco vous suggère à quel point le Seigneur veut que chacun fasse sa volonté. Guidez les jeunes à écrire des pages riches et belles dans leur vie. Aidez-les à rêver.

Deuxième qualité : de temps en temps, arrêtez d’écrire et utilisez un taille-crayon. C’est une action qui provoque une certaine douleur au crayon mais, au final, il est plus pointu et capable d’écrire d’une manière plus décisive. Apprenez à endurer la douleur, la fatigue, les déceptions, les difficultés : vous serez de meilleurs salésiens, capables d’écouter et d’accompagner les jeunes que vous rencontrez, partageant les difficultés de leur vie.

Troisième qualité : le coup de crayon nous permet d’utiliser une gomme pour effacer ce qui ne va pas. Corriger une action ou un comportement n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Les jeunes veulent des témoins et pour être authentique, il faut se présenter avec honnêteté et transparence, montrer la capacité de se remettre dans le jeu et de pouvoir se relever des chutes, à partir de ses erreurs. Ils apprendront, sans se décourager, à s’améliorer chaque jour et à vivre l’optimisme salésien dans leur vie quotidienne.

Quatrième qualité : ce qui est vraiment important dans le crayon n’est pas le bois ou sa forme extérieure, mais le graphite de la mine qui y est enfermé. Prenez soin de votre spiritualité personnelle, puisez de l’énergie dans la vie communautaire. Montrez que vous vous aimez, que vous priez ensemble, que vous vivez ensemble. Les jeunes en bénéficieront pour renforcer leur foi. Vous leur offrirez également une perspective vocationnelle s’ils voient que vous êtes satisfait de votre choix.

Cinquième qualité duc rayon : il laisse toujours une marque. De la même manière, tout ce que vous faites dans votre vie, dans la communauté où vous vivez, chez les jeunes que vous rencontrez laissera une trace. Engagez-vous pour être pleinement conscient de chaque action. Consacrez du temps et de l’attention aux jeunes qui vous demandent de partager un morceau de leur vie. Tout le monde se sent protagoniste en vous rencontrant. Ce qu’ils apporteront dans leur vie, ce seront les moments vécus ensemble.

Que Marie Auxiliatrice soit toujours votre maîtresse.

Une étreinte fraternelle

                                                                                                                                           Il Coordinateur Mondial