Le 140° d’une utopie devenue réalité!

Les Salésiens Coopérateurs sont issus de l’intuition charismatique de Don Bosco, de son désir tellement fort de sauver les jeunes, au point que lui, ne mesurait pas ses efforts, les sacrifices personnels ; et il faisait tout son possible pour trouver des ressources de toutes parts. Durant toute sa vie, il n’eut jamais honte de demander l’aumône, de proposer à tous ceux qui étaient à ses côtés de l’aider à faire du bien. Il avait besoin de tous, il ne comptait pas ses efforts pour atteindre son but, et tant de fois, il disait : « j’ai toujours eu besoin de tous ». Dans ce « tous » se trouvaient les Salésiens Coopérateurs.
Dans le projet initial de Don Bosco, les Salésiens Coopérateurs devraient aider à promouvoir l’esprit catholique, à répandre le christianisme dans tous les pays, à sauver les jeunes. Il soutenait que c’était la main de Dieu qui suscitait dans les cœurs de tant de personnes cette belle vocation et qu’au fil du temps elle se diffuserait dans le monde entier. Lui-même disait : « l’œuvre des Coopérateurs est aimée de nombreuses personnes. Et moi, j’ajoute que celle-ci se répandra dans tous les pays, elle se diffusera dans toute la chrétienté (…) La main de Dieu la soutient !
Les Coopérateurs seront ceux qui aideront à promouvoir l’esprit catholique. Ce sera mon utopie mais je la tiens » (MB, XVIII p.161).
Nous pouvons dire sans aucun doute, qu’au cours des dernières années on a cherché à donner plus de visibilité et d’importance au Salésien Coopérateur, valorisant ainsi la vision et l’utopie de Don Bosco du salésien « extérieur ». Chez Don Bosco, le désir était très vif de former des laïcs comme coopérateurs dans la réorganisation des catholiques pour la christianisation de la société ; il voyait le bénéfice en faveur des œuvres salésiennes, dans le volontariat pour faire le catéchisme, pour collaborer avec des prêtres de paroisses, pour aider dans l’assistance, dans les activités de l’Oratoire et à l’école.
Don Bosco lors de la conférence du 1er juin 1885, dit aux Salésiens Coopérateurs : « être Coopérateur salésien veut dire concourir avec les autres au soutien d’une œuvre qui a pour devoir d’aider la Sainte Eglise dans ses besoins les plus urgents ; cela veut dire concourir à promouvoir une œuvre tant recommandée par le Saint Père, pour qu’elle éduque les jeunes à la vertu, à la voie de la Sainteté, parce qu’elle a pour but principal d’instruire la jeunesse qui aujourd’hui est devenue la cible des méchants, parce qu’elle promeut dans le monde, dans les collèges, dans les hospices, dans les oratoires de fête, dans les familles, l’amour de la religion, la moralité, les prières, la participation fréquente aux Sacrements, et ainsi de suite ».
Un grand pas en avant pour l’Association a été, ces dernières années, l’approbation du Projet de Vie Apostolique, parce qu’il définit l’image actualisée du Salésien Coopérateur en référence à sa vocation, son identité charismatique salésienne, sa mission et l’organisation de l’Association.
Le Projet de Vie Apostolique définit le profil du Salésien Coopérateur de façon à le rendre conforme à sa vocation et à sa mission. C’est le fruit d’un processus d’identification qui donne petit à petit identité et ton à chacun des membres de l’Association : Les traits caractéristiques du Coopérateur sont :

  • Une personne riche en humanité, élément typique de l’Humanisme optimiste de Saint François de Sales, qui détermine une vision positive de soi-même, de la réalité, de l’Eglise, du Monde parce qu’elle s’efforce de voir Dieu en toutes choses et de les voir avec le regard de Dieu.
  • Un baptisé avec un immense amour de l’Eglise, qui vit avec joie, reconnaissance, et responsabilité sa condition de fils de Dieu, disciple de Jésus, intégré dans les réalités temporelles avec une identité claire et les pratiques de la vie chrétienne.
  • Un salésien dans le monde, selon l’intuition originale de Don Bosco, qui le voulait passionné, collaborateur de Dieu à travers les grands choix de la mission salésienne : la famille, les jeunes, l’éducation, le système préventif, l’engagement social et politique.

Maintenant, je vous invite à faire un tour rapide à travers quelques coins du monde, à reconnaître dans la vie quotidienne ces grands hommes et femmes qui ont choisi de suivre Jésus à travers l’engagement concret d’être des Salésiens Coopérateurs pour sauver les jeunes et faire en sorte que l’utopie de Don Bosco devienne réalité.
Oui, c’est une utopie qui devient réalité aujourd’hui, après 140 ans, une semence qui s’est multipliée partout, sur les cinq continents, avec plus de trente mille hommes et femmes qui écoutent l’appel de Dieu et vibrent pour lui avec un cœur et un visage salésiens : « je suis devenue salésienne coopératrice en 1990, en ayant mûri la conviction de vouloir suivre le Christ dans l’Eglise selon le charisme de Don Bosco que j’aimais depuis mon enfance. Alors que mes filles grandissaient, je désirais le meilleur pour elles (je suis une ancienne élève des FMA), mais je voulais donner quelque chose aussi aux autres jeunes moins chanceux que les miens. C’est ainsi que j’ai commencé à m’engager comme SSCC, dans l’école, dans l’oratoire, dans le soutien aux jeunes les plus nécessiteux, dans la catéchèse » (Noemi Bertola, coordinatrice mondiale)
Oui, c’est une utopie qui devient réalité aujourd’hui en voyant ces Salésiens Coopérateurs qui consacrent leur vie à l’engagement apostolique EDUCATIF se distinguant par une attention privilégiée envers les jeunes, spécialement les plus pauvres, ou les victimes de quelque forme de marginalisation que ce soit, d’exploitation et de violence, à ceux qui débutent dans le monde du travail et à ceux qui montrent des signes d’une vocation spécifique.
Le Projet YOLIA pour les fillettes de la rue est né avec l’objectif d’offrir à ces enfants des moyens et des programmes qui correspondent à leurs besoins. C’est une proposition alternative qui permet d’accueillir, d’éduquer,d’ offrir le nécessaire pour que les fillettes et les adolescentes de la rue puissent se développer au niveau physique, psychologique, spirituel, à travers la pédagogie préventive. Il est intéressant de voir comment sont éduquées ces fillettes aux valeurs à travers l’art du Cirque, des jeux réalisés avec des balles, le feu. Il nous vient tout de suite à l’esprit de penser à Don Bosco quand il faisait le saltimbanque pour attirer l’attention des garçons avant de leur enseigner le catéchisme. Cette Œuvre est supervisée par un Centre de Salésiens Coopérateurs en ville de Mexico D.F.
Un Projet de « après- école » est porté par un Centre de Salésiens Coopérateurs à Hong Kong où sont accueillis les enfants et les adolescents pour les aider à faire leurs devoirs scolaires, en leur enseignant les valeurs humaines et chrétiennes de manière simple, à travers le jeu, l’accueil, la gentillesse grâce au témoignage de femmes et d’hommes qui ont opté pour un autre style de vie.
Oui, c’est une utopie qui devient réalité aujourd’hui à travers les Salésiens Coopérateurs qui cherchent à vivre leur foi dans leur propre réalité séculière. En s’inspirant du projet apostolique de Don Bosco qui les voulait vrais salésiens dans le monde, chrétiens, laïcs, ou prêtres, qui sans lien par des vœux religieux, réalisent leur propre vocation à la Sainteté, en se consacrant à la jeunesse plus pauvre et désavantagée, selon l’esprit de Don Bosco.
Dans la Région Ibérique une ONG a été crée : « Cooperaciôn Salesiana para los Jôvenes del Mundo » pour répondre aux besoins des plus pauvres, avec l’objectif d’organiser la solidarité envers les jeunes qui n’ont rien. Actuellement le projet est soutenu par plus de 1000 bienfaiteurs avec la collaboration systématique des Provinces des SSCC. Tous les projets sont adressés aux jeunes à l’intérieur des œuvres de la Famille Salésienne. Une utopie qui se concrétise dans la vie de chaque Salésien Coopérateur à travers l’engagement de vivre l’Evangile et de participer à la mission de l’Eglise pour le bien de la société, en apportant avec responsabilité et créativité à la Famille Salésienne les valeurs spécifiques de sa propre condition séculière, dans le respect de l’identité et de l’autonomie de chaque groupe.
A Harare, la capitale du Zimbabwe, il existe un Centre de Salésiens Coopérateurs d’une quarantaine de personnes qui portent avec deux Salésiens SDB la proposition pastorale des deux paroisses qui sont confiées aux SDB. Avec beaucoup de joie et de coresponsabilité ils visitent les malades, font de la catéchèse, suivent l’oratoire, le Centre de Jeunes…ils sont vraiment comme Don Bosco le voulait : Salésiens extérieurs qui vivent ensemble la mission pour ce peuple pauvre et en manque de tout.
Une utopie qui devient réalité chaque fois que l’on cherche à promouvoir et à défendre la valeur de la famille ce noyau fondamental de la société et de l’Eglise et on s’engage à la construire comme « Eglise domestique ».
Le centre local « Gesû Nazareno » des Salésiens Coopérateurs œuvre auprès de l’Institut de Marie Auxiliatrice des FMA. L’école compte environ 800 jeunes, de 3 à 19 ans. N’étant pas depuis des années un oratoire, nous avons pensé à donner un sens à notre présence. Aussi, nous avons proposé aux enfants, aux jeunes et à leur famille des moments pour vivre selon le charisme salésien en proposant différentes initiatives. Nous leur faisons connaître la vie des saints de la famille salésienne et nous créons des occasions pour prier ensemble, en éduquant les plus petits aux moments liturgiques. Nous organisons la mission éducative avec les jeunes provenant des centres de jours et des centres d’accueil de famille en difficultés. Cela les aide à de sauver les jeunes fraterniser et à se donner dans la réciprocité. Nous mettons en contact les familles de l’école avec les familles des centres dans la nécessité, leur permettant ainsi de les aider à améliorer leurs conditions de vie. ».

Une utopie qui devient réalité avec une organisation de direction et d’animation flexible, pouvant s’adapter aux 3 niveaux : Local, Provincial et Mondial, avec une attitude de service auprès de tous. Elle représente l’Association dans sa diversité, linguistique, culturelle, de traditions, unie par la passion éducative pour les jeunes, par l’amour de Jésus et de Marie Auxiliatrice, avec un cœur priant et salésien comme le cœur de Don Bosco.
Par-dessus tout, ce rêve devient réalité quand les salésiens coopérateurs répondent aux besoins les plus urgents de la réalité et qu’ils n’ont pas peur de s’engager dans la vie civile, culturelle, socio-économique, politique, ecclésiastique et salésienne avec une vision éthique chrétienne, avec un esprit de collaboration et de coopération dans l’intention de sauvegarder les droits de la personne humaine, des enfants, des jeunes.
Une utopie qui se prolongera au long des années…qui en tout temps se concrétisera par de nouveaux choix, des expériences inédites, avec une nouvelle ferveur…parce qu’en en plus d’être une utopie, c’est une Prophétie de Don Bosco éclairée par Dieu !

Les principaux défis :

  • Croissance dans l’ouverture et la collaboration des SSCC, dans la Communauté éducative des SDB et des FMA
  • Engagement dans l’évangélisation du social, à la lumière de la Doctrine Sociale de l’Eglise
  • Formation des SSCC à tous les niveaux
  • Soin de la famille comme premier lieu de projection apostolique de l’Association
  • Faire connaitre et promouvoir dans la communauté éducative et sur le terrain la vocation laïque des SSCC à tous les niveaux : ecclésiaux, social, culturel, politique…Option de demande à l’Etat Consultatif de l’ECOSOC de pouvoir être présent à l’ONU comme ONG catholique et salésienne à Genève, pour donner notre apport en tant que Famille Salésienne sur des thématiques inhérentes à l’éducation, à la justice et aux Droits de l’Homme.